VIH : la baisse des contaminations se poursuit au Sénégal

Alors que les contaminations au VIH continuent de chuter au Sénégal, les autorités tentent d'accélérer la lutte contre le Sida.

Barou Dembélé
Rédigé le , mis à jour le
Macky Sall a participé au Sommet régional sur le VIH en Afrique de l'Ouest et du Centre
Macky Sall a participé au Sommet régional sur le VIH en Afrique de l'Ouest et du Centre  —  CNLS

La lutte progresse. Entre 2005 et 2020, les contaminations au VIH, le virus responsable du Sida, ont baissé de 76% au Sénégal. Une bonne nouvelle, alors que la pandémie de Covid-19 a complètement chamboulé la lutte contre cette maladie sexuellement transmissible : difficultés d'accès aux traitements, interruption des programmes de prévention... Mais le Sénégal multiplie ses efforts pour en finir avec le VIH. 

Aujourd'hui, on estime que le taux de prévalence du VIH est de 0,3% dans la population générale. Selon les derniers chiffres, 39.400 personnes sont séropositives. Car au Sénégal, comme dans beaucoup d'autres pays de la sous-région, ce sont les populations clé qui sont essentiellement infectées par le VIH. En misant sur les autotests, le pays a accéléré le dépistage de ces derniers. Mais il reste encore beaucoup à faire... 

3,5 millions de dollars en plus contre le VIH

A l'occasion de la clôture du Sommet régional Sommet régional sur le VIH en Afrique de l'Ouest et du Centre, le président Macky Sall a annoncé que son pays va consacrer près de 3,5 millions de dollars (2 milliards de CFA) supplémentaires à la lutte contre le Sida. La moitié de ce budget sera consacré "à la lutte communautaire par la société civile", alors que l'autre moitié sera versée "au Conseil national de lutte contre le sida (CNLS) pour aider les personnes vivant avec le VIH". 

‘’Le combat contre le VIH doit rester plus que jamais d’actualité même dans le contexte de la riposte anti-Covid-19’’, espère Macky Sall.

Mais pour l'heure, la discrimination à l’encontre des personnes séropositives reste toujours l'un des grands problèmes à tous les niveaux de la riposte au VIH. Pourtant, pour vaincre le Sida, l'Afrique doit tendre la main aux femmes et aux gays. Plus que jamais.