Vacciner et protéger les enfants, malgré l’insécurité en RD Congo

Dans certaines régions de la République démocratique du Congo, l’insécurité est un frein majeur à la vaccination. Mais cela n'empêche pas les agents vaccinateurs de multiplier leurs efforts pour mieux protéger les plus petits contre des maladies mortelles et évitables.

Arnaud Ntchapda
Rédigé le
Lancement d'une campagne de vaccination contre la poliomyélite dans la ville de Bukavu le 26 mai 2022
Lancement d'une campagne de vaccination contre la poliomyélite dans la ville de Bukavu le 26 mai 2022  —  Christian Buzangu

Encore plus de rendez-vous vaccinaux pour les plus petits. Le Programme élargi de vaccination (PEV) de la RDC a publié un calendrier qui intègre des vaccins contre 11 maladies. Il concerne les nourrissons de moins de 23 mois. Ils pourront recevoir toutes les piqûres recommandées lors de six rendez-vous de vaccination. À la naissance, à l’âge d’un mois et demi, à deux mois et demi, à trois mois et demi et à neuf mois et à quinze mois. Au cours de ces rendez-vous, les enfants sont immunisés contre des maladies telles que la poliomyélite, la tuberculose, les infections à pneumocoque, la diphtérie, le tétanos, la coqueluche, l’hépatite virale B, la méningite, les diarrhées, la rougeole et la fièvre jaune.

Le respect de ces échéances est d'ailleurs le leitmotiv de l’UNICEF qui assure que l’un des meilleurs moyens de protéger son enfant est de respecter le calendrier vaccinal. “À chaque fois que vous repoussez un vaccin, vous augmentez la vulnérabilité de votre enfant face à la maladie“, indique l’organisation onusienne. Elle insiste pour que tous les rendez-vous avant le premier anniversaire soient respectés en dépit de la pandémie du Covid-19. 

Dépasser la barre des 90% d’enfants congolais vaccinés

Dans certaines régions de la République démocratique du Congo, l’insécurité est un frein majeur à la vaccination, que ce soit contre le Covid-19 ou d’autres vaccinations de routine. Malgré cette insécurité, les vaccinateurs et les personnes désireuses de recevoir le vaccin n’abandonnent pas, parfois obligées de se rendre à des centaines des kilomètres pour vacciner ou se faire vacciner.

Le Nord-Kivu, comme certaines autres provinces de la RDC, traverse toujours des situations sécuritaires instables. Malgré cela, les équipes du programme élargi de vaccination (PEV) et leurs partenaires continuent de travailler avec toutes les parties prenantes et profiter de la présence des ONG locales, le Haut-Commissariat des Nations Unies pour les réfugiés, les Forces armées de la République Démocratique et des groupes humanitaires qui sont sur le terrain pour avoir des couloirs humanitaires, qui permettent de vacciner et de continuer la vaccination de routine.

Et si aujourd'hui, le Programme élargi de vaccination (PEV) estime que seulement 66% des enfants congolais sont vaccinés, les autorités sanitaires espèrent dépasser les 90% en matière de taux de couverture vaccinale.