Une couveuse ouverte 100% "Made in Cameroun" pour les bébés prématurés

Primée lors du dernier concours national du meilleur projet TIC, l’invention de l’ingénieur camerounais Carrel Michau Ngassa permet de garder le bébé dans des conditions thermiques idéales à sa survie.

Arnaud Ntchapda
Rédigé le , mis à jour le
L'incubateur ouvert facilite les manipulations des enfants
L'incubateur ouvert facilite les manipulations des enfants

On n'arrête pas le progrès. Après les couveuses interactives, voici la table radiante néonatale. Présentée au dernier concours national du meilleur projet TIC en mars dernier à Yaoundé, cette invention a été classée treizième sur 15 projets en compétition. Utilisé en salle de naissance ou en unité de soins intensifs lorsque l'état de détresse de l'enfant nécessite une réanimation intensive, cet équipement de réanimation pédiatrique a visiblement tout pour plaire. 

Destiné à maintenir à une température constante les prématurés et les nouveaux-nés, cet appareil est équipé d'un module de photothérapie amovible et un pèse-bébé. Aussi connue sous le nom d'incubateur ouvert, cette table radiante est également dotée d’un système de stérilisation par rayons ultraviolets. "C'est une couveuse tropicalisée capable de garder le bébé dans des conditions thermiques idéales à sa survie, et elle mesure en continu le poids du bébé et soigne la jaunisse par photothérapie“, explique Carrel Michau Ngassa, son créateur. 

En attente d’homologation

"Au Cameroun, 10.000 nouveau-nés prématurés décèdent chaque année par manque d’équipements de soins adaptés parmi lesquelles des tables radiantes néonatales. La rareté de celles-ci s'explique par leur prix d'achat  et leur maintenance“, déplore Carrel Michau Ngassa. Actuellement testée dans deux hôpitaux des villes de Douala et Bafoussam, la table radiante néonatale aurait des résultats "satisfaisants".  Son inventeur espère qu'elle sera homologuée d'ici 2023. 

En attendant, certains établissements publics, qui disposent d'un nombre insuffisant de couveuses, expérimentent des alternatives. L'hôpital régional de Bafoussam essaye, par exemple, depuis plusieurs années la méthode dite "Kangourou". Cette pratique, développée par des pédiatres de Colombie à la fin des années 1970, consiste à mettre le bébé peau contre peau avec sa maman, plus rarement son papa, afin de créer des conditions idéales de température.