Rougeole : large campagne de vaccination en Côte d'Ivoire

La Côte d'Ivoire a lancé, il y a quelques jours, une importante campagne de vaccination contre la rougeole et la rubéole.

Badr Kidiss
Rédigé le , mis à jour le
La vaccination contre la rougeole est très efficace
La vaccination contre la rougeole est très efficace  —  UNICEF/Frank Dejongh

La rougeole fait toujours des ravages dans de nombreux pays africains, en raison d'un mauvais accès aux rappels vaccinaux et aux soins. Pour prévenir des décès évitables, la Côte d'Ivoire veut vacciner plus de 6,2 millions d'enfants âgés de neuf mois à cinq ans contre cette maladie très contagieuse. Car pour pour que le virus de la rougeole cesse de circuler, il faut que 95% de la population ait reçu deux doses de vaccin. 

Cette campagne sur le sol ivoirien, qui dure jusqu'au 21 octobre, vient à un moment où le nombre de cas de rougeole dans le monde atteint des niveaux préoccupants. En 2019, cette maladie causée par un virus de la famille des paramyxoviridés a tué plus de 200.000 personnes dans le monde.

Une maladie encore fréquente en Afrique de l'Ouest

Selon un article publié dans le Lancet en 2021, la rougeole continuera d'être endémique en Afrique de l'Ouest dans les années qui viennent. Les résultats d’une enquête réalisée entre 2001 et 2019 ont montré que la couverture vaccinale moyenne pour une première dose de vaccin était de 66% en 2019, contre 45% en 2001. Si fin 2019, 11 pays d’Afrique de l’Ouest sur 15 - dont la Côte d'Ivoire - avaient introduit une seconde dose, il est estimé que plus de 4.500.000 enfants, âgés de 12 à 23 mois, n’ont pas reçu de première dose en 2019, essentiellement au Nigéria.

"Ces chiffres alarmants devraient servir d’avertissement indiquant que, à l’heure où la pandémie de COVID-19 accapare les systèmes de santé du monde entier, nous ne pouvons pas nous permettre de détourner les yeux d’autres maladies mortelles. La rougeole peut être entièrement évitée; à l’époque actuelle, où nous avons un vaccin puissant et sûr, avec un bon rapport coût-efficacité, plus personne ne devrait mourir de cette maladie," explique le Dr Seth Berkley, PDG de Gavi, l’Alliance du vaccin.