L'épilepsie se caractérise par des crises soudaines et surprenantes (Illustration)
L'épilepsie se caractérise par des crises soudaines et surprenantes (Illustration)

Pourquoi l'épilepsie gagne du terrain en Guinée ?

En Afrique et plus particulièrement en Guinée-Conakry, les difficultés d’accès aux soins pour les malades épileptiques sont nombreuses.

Badr Kidiss
Rédigé le , mis à jour le

50 millions, c'est le nombre de personnes qui vivent actuellement avec l'épilepsie dans le monde. 80% des personnes atteintes par cette maladie du cerveau vivent dans les pays à faible revenu. En Guinée, l'épilepsie est même l'affection neurologique la plus fréquente. Mais comme le pays ne dispose que de dix neurologues pour plus de 12 millions d'habitants, la plupart des personnes affectées ne bénéficient pas du traitement dont elles ont besoin. 

"L'épilepsie se caractérise par des crises récurrentes se manifestant par de brefs épisodes de tremblements involontaires touchant une partie du corps (crises partielles) ou l’ensemble du corps (crises généralisées). Elles s’accompagnent parfois d’une perte de conscience et du contrôle de la vessie et de l’évacuation intestinale. Ces crises résultent de décharges électriques excessives dans un groupe de cellules cérébrales", explique l'Organisation mondiale de la santé (OMS).

Manque d'information

Dans la plupart des cas (6 personnes atteintes sur dix), il n'y a pas de cause connue à cette maladie, c'est ce qu'on appelle une épilepsie idiopathique. Mais lorsque la cause de l'épilepsie peut être déterminée, il s'agit d'une épilepsie secondaire ou symptomatique. Les causes sont multiples : une infection mal traitée, une infection sexuellement transmissible non traitée (même le sida peut en être), un traumatisme grave à la tête, une tumeur cérébrale, un accident vasculaire cérébral, une anomalie congénitale ou encore, une chute non traitée.

Méconnue, l'épilepsie suscite la crainte, l’incompréhension, les discriminations et la stigmatisation sociale. Certains Guinéens associent ainsi - à tort - l'épilepsie à la sorcellerie. D'autres croient que le malade est habité par le diable, à cause des convulsions (ces crises soudaines et surprenantes qui s'emparent des malades). Si bon nombre d'enfants épileptiques (nom des malades atteints d'épilepsie) guérissent naturellement en grandissant, la maladie peut aussi persister. Et dans ce cas-là, elle n'est pas forcément mieux acceptée.