Non, le jus de carotte ne soigne pas le cancer du sein

Une publication partagée plus de 23.000 fois en Côte d’Ivoire depuis fin avril 2022 affirme que le jus de carotte permettrait de soigner le cancer du sein. En réalité, il s’agit d’une fake news formellement démentie par les professionnels.

La rédaction d'Allo Docteurs Africa avec AFP
La rédaction d'Allo Docteurs Africa avec AFP
Rédigé le
Non, le jus de carotte ne soigne pas le cancer du sein

Le jus de carotte naturel et fraîchement pressé, capable de soigner le cancer du sein ? C’est l'affirmation partagée sur Facebook par la page Émergence +. Partagée plus de 23.000 fois depuis fin avril 2022, cette publication avance une "recette qui guérit le CANCER DU SEIN", un "remède simple et efficace" avec pour seul ingrédient la carotte. 

Récemment, elle a recommencé à circuler sur Facebook. 

Cette "solution", qui paraît très simple, suscite de nombreuses réactions. Ainsi, on lit en commentaires : "Merci beaucoup pour ces précieux conseils", "Merci infiniment pour l'astuce", "Merci beaucoup ça peut aider ma mère"...  

Un "remède" sans aucun fondement scientifique

"La carotte n’est pas utilisée en médecine comme traitement du cancer du sein ; elle n’a aucun effet prouvé", assène le Dr Jacques Robert, professeur en cancérologie à l’Université de Bordeaux. "Cette publication n’a pas de fondement scientifique" renchérit auprès de l'AFP le Dr Manuel Rodrigues, oncologue et chercheur à l'Inserm.

Concernant l’utilisation de la carotte dans le traitement des cancers, il évoque une ancienne recherche : "Je ne connais pas le rationnel d’une telle affirmation sur les carottes mais s’il s’agit du bêta-carotène [pigment qui donne sa couleur orange à la carotte, source d'anti-oxydant et de vitamine A], il s’agit d’une vieille hypothèse testée sans succès dans les années 80. La supplémentation par bêta-carotène ne réduit pas le risque de cancer et pire encore, l’augmente pour le cancer du poumon chez les fumeurs, a contrario de ce que l’on pouvait espérer." 

À lire aussi :  Non, le jus de bissap n'améliore pas la fertilité chez la femme

Le cancer du sein, un problème de santé publique

En Côte d’Ivoire, où la publication Facebook est devenue virale, le cancer du sein est un problème de santé publique. Selon les chiffres du Programme national de lutte contre le cancer, le cancer du sein occupe le "premier rang des cancers incidents de la femme avec 3.306 nouveaux cas et 1.785 décès estimés en 2020". 

La prise en charge du cancer du sein reste coûteuse pour les malades et leurs familles. À titre d’exemple, la mammographie dans les structures publiques coûte autour 25.000 Fcfa (environ 39 €), ce qui représente la moitié du salaire minimum ivoirien (60.000 Fcfa, soit 90 €).  

Une maladie coûteuse

"La prise en charge du cancer du sein reste élevée pour de nombreuses familles et personnes vivants avec la maladie. Nous avons évalué une fourchette de soin qui oscille entre 700.000 et 5 millions de Fcfa (de 1.000 à 7.500 €) en fonction de la gravité de l’infection chez les femmes. Des montants qui ne sont hélas pas à la portée de tous et qui font du cancer du sein une maladie coûteuse" fait remarquer à l'AFP Emmanuelle Beugré Phox, présidente de la Fondation Femmes Shunamites en Action

Cette ONG ivoirienne, qui accompagne les victimes de cancer du sein, plaide pour une gratuité des soins. "Si de nombreuses femmes font confiance à ces remèdes miracles qui pullulent sur Facebook, c’est faute de moyens et d’accès aux médecins traitants. Imaginez-vous une femme qui souffre avec une douleur dans la poitrine et à qui on demande de revenir pour un rendez-vous dans un mois ? Elle serait tentée d’utiliser n’importe quelle recette pour soulager sa douleur", explique Emmanuelle Beugré Phox. 

Plusieurs fake news en circulation

La présidente de l’ONG indique que plusieurs "remèdes miracles" circulent au sujet du cancer du sein, dont des pseudo-traitements à base d’argile, de corossol et de kaolin qui ont été essayés par plusieurs malades - sans aucun succès. 

Pour éviter que les femmes ne cèdent aux discours des charlatans et ne mettent leurs vies en danger, la Fondation Femmes Shunamites en Action les sensibilise à ne faire confiance qu’aux traitements homologués contre le cancer du sein et surtout à se faire dépister tôt, ce qui permet d'augmenter les chances de guérison.  

"Oui, on peut guérir d’un cancer du sein, à condition qu’il soit diagnostiqué et traité le plus tôt possible. En revanche, les cancers du sein qui sont diagnostiqués ou traités trop tardivement, lorsque des cellules cancéreuses ont quitté la tumeur et se sont disséminées dans l'organisme, ne sont plus guérissables" appuie le Dr Jacques Robert.