Les dyspareunies ont de lourdes conséquences sur la vie de couple (Image d'illustration)
Les dyspareunies ont de lourdes conséquences sur la vie de couple (Image d'illustration) Shutterstock

Les douleurs au rapport, une épreuve pour des millions de femmes

Les douleurs lors des rapports sexuels peuvent être une véritable souffrance. AlloDocteurs Africa vous en dit plus sur ce trouble sexuel qui touche des millions de femmes

Alicia Mihami
Rédigé le , mis à jour le

C'est un mal plus répandu qu'on ne le croit. Les dyspareunies, c'est-à-dire les douleurs lors des rapports sexuels, ont de multiples causes et peuvent toucher n'importe quelle femme. Ce trouble peut avoir un lourd impact sur la vie de celles qui en souffrent : la vie sexuelle devient une épreuve, voire impossible. Ce qui entraîne souvent des difficultés au sein du couple, et des sentiments de culpabilité pour la femme. Les dyspareunies peuvent aussi être un obstacle majeur en cas de désir d'enfant. 

Les dyspareunies sont soit superficielles, lorsque les douleurs se concentrent à l'entrée du vagin ou sur la vulve, soit profondes, lorsqu'elles sont situées au fond du vagin. Ces douleurs peuvent être primaires, c'est-à-dire qu'elles sont présentes dès le début de la vie sexuelle ou bien apparaître plus tard. 

Des troubles variés

Il est important de distinguer les différents types de dyspareunies :
Le vaginisme : c’est une contraction involontaire des muscles du vagin et du plancher pelvien. Cela rend impossible toute pénétration, que ce soit un doigt ou un pénis dans le cadre d’un rapport sexuel, mais aussi l’insertion d’un tampon ou la réalisation d’un examen gynécologique. Le vaginisme est complètement involontaire et sans lien avec la volonté ou le désir de la femme. 
La vulvodynie : cette douleur, concentrée au niveau de la vulve, se présente comme une sensation de brûlure, de coupures, d'irritations ou même de déchirures. Ces douleurs peuvent apparaître au toucher ou bien spontanément. On peut poser le diagnostic lorsqu'elles sont présentes pendant plus de trois mois consécutifs. 
La vestibulite : c’est une forme de vulvodynie. On parle de vestibulite vulvaire ou de vestibulodynie lorsque la douleur se situe à l’entrée du vagin. La douleur devient parfois chronique, ce qui a un impact négatif sur la qualité de vie des femmes qui en souffrent. 

Un problème encore méconnu

On manque d'informations sur le nombre d'Africaines souffrant de douleurs lors des rapports sexuels. Une étude sur la sexualité des femmes ménopausées en Afrique subsaharienne, publiée en 2019 dans le Pan African Medical Journal, indique que plus de 69% des femmes rapportaient des douleurs aux rapports. 

La prise en charge des dyspareunies est rendue difficile par le tabou qui règne encore autour de la sexualité, mais aussi par le fait que les causes sont multiples. Elles peuvent être dues à une malformation ou de l'endométriose, une maladie chronique liée au cycle menstruel. Mais le plus souvent, l'origine du problème est psychologique et liée à un traumatisme (viol, accouchement difficile, stress...)

Une prise en charge pluridisciplinaire

Pour vaincre ces douleurs, il est nécessaire de mettre en place un bon suivi gynécologique afin d'identifier la cause des douleurs et les soigner. En cas d’endométriose par exemple, la prescription d’une contraception peut régler le problème. Dans la plupart des cas, il est aussi essentiel d’avoir un suivi psychologique. 

Car si un traumatisme est à l'origine des douleurs, il faut non seulement le traiter mais aussi, aider les patientes qui font face à de l’anxiété, des troubles dépressifs ou des problèmes de couple. Il faudrait aussi changer les mentalités, par le biais d'une éducation sexuelle inclusive et sans tabous, afin d'encourager les femmes à consulter lorsqu'elles souffrent, au lieu de souffrir en silence.