Le sud-est du Sénégal, toujours en proie au paludisme

Les autorités sénégalaises veulent éradiquer le paludisme d'ici 2030. Les régions du sud-est semblent cependant encore loin du compte. Elles concentrent l'immense majorité des cas recensés dans le pays.

Barou Dembélé
Rédigé le , mis à jour le
Les autorités veulent éradiquer le paludisme au Sénégal
Les autorités veulent éradiquer le paludisme au Sénégal  —  Shutterstock

La lutte contre le paludisme continue. La maladie est responsable de plus de 400.000 décès par an, dont la majorité surviennent en Afrique. Au Sénégal, le paludisme reste très implanté, essentiellement au sud-est du Sénégal. 

En effet, "les trois régions du sud-est que sont Kédougou, Kolda et Tambacounda regroupent à elles seules près de 80 % des mortalités palustres", constate le Dr Yaya Baldé, médecin-chef de la région médicale de Kolda, une région qui se situe en pleine "zone rouge'' en matière de lutte contre la maladie.

À lire aussi : L’Afrique bientôt autonome dans la production d'antipaludiques ?

Des régions aux forts taux d'incidence

"Le pays veut aller vers l’élimination du paludisme à l’horizon 2030, mais nous n’en sommes pas encore là au niveau de notre zone où il y a des incidences de plus de 200 cas de paludisme pour 1.000 habitants", a-t-il souligné au cours d’un Comité régional de développement (CRD). 

En 2018 déjà, le paludisme a touché plus de 158.000 personnes dans la région médicale de Tambacounda. Deux ans plus tard, en 2020, près de 82.000 cas ont été déclarés dans cette région où l'incidence de la maladie a toujours été élevée. 

Pendant la période critique de la lutte contre le Covid-19, plusieurs districts sanitaires régionaux tels que Sédhiou, vers la frontière avec la Guinée-Bissau, ont davantage porté leur attention sur le paludisme. Plusieurs responsables avaient, en effet, alerté sur le fait qu'il faille éviter que le paludisme ne fasse encore plus de victimes ajoutées à celles du coronavirus. 

La Gambie et le Sénégal font équipe

Malgré les bons résultats obtenus contre le paludisme dans le pays, les autorités restent vigilantes et continuent d'anticiper une nouvelle flambée épidémique. Selon le Dr Baldé, l'enjeu est de mettre en œuvre, dans les régions méridionales et orientales du Sénégal, "des stratégies à efficacité prouvée et de suivre en temps réel l’évolution du paludisme".

Parmi ces stratégies, la solidarité avec des pays voisins. Ainsi, la Gambie, un pays presque enclavé au centre-sud du Sénégal, a répondu favorablement en mai dernier à l’appel des autorités sénégalaises en distribuant gratuitement près de 7 millions de moustiquaires imprégnées d’insecticides à longue durée d'action (Milda). L’objectif de cette opération est de sauver 40.000 à 80.000 personnes par an, selon les responsables des deux pays.