Les Anophèles prolifèrent dans les eaux stagnantes
Les Anophèles prolifèrent dans les eaux stagnantes

Le Niger se mobilise contre les Anophèles, vecteurs du paludisme !

Alors que les moustiques Anophèles prolifèrent à Niamey, les autorités Nigériennes ont décidé de prendre à bras-le-corps la lutte contre le paludisme.

Badr Kidiss
Rédigé le

Au Niger, les pluies diluviennes qui ont frappé, fin août, la capitale Niamey, et détruit plus de 400 maisons, ont facilité la multiplication des moustiques du genre Anophèle. Les eaux stagnantes et la chaleur estivale facilitent la prolifération de ces insectes qui peuvent transmettre le paludisme. Du coup, Niamey ainsi que de nombreuses communes du sud sont envahies par les moustiques.

Conscients du problème, les autorités de la ville de Niamey ont lancé une campagne de démoustication, c'est-à-dire la destruction des moustiques Anophèles. Plus qu'une simple opération visant à améliorer le bien-être des Nigériens, cette campagne montre que l'Etat se mobilise contre cette nuisance jugée envahissante et très dangereuse. Et cela passe par la destruction des larves de moustiques dans les eaux stagnantes pendant la journée, et à travers la pulvérisation d’insecticides dans les quartiers pendant la nuit, à partir de 21h00. Car l'urgence est là : rien qu'en 2018, le paludisme a tué près de 1600 personnes au Niger. 

Première cause de mortalité chez les enfants 

Transmis par des moustiques infectés, le paludisme est responsable de plus de 400.000 décès par an. Et alors que notre continent concentre à lui seul 91 % des cas mondiaux de palu, le Niger fait carrément partie des 10 pays africains les plus touchés par le paludisme. Avec 80% des motifs de consultation médicale en saison des pluies, le paludisme est carrément la première cause de mortalité chez les enfants.

 

Pour lutter contre cette maladie, le Niger distribue gratuitement des moustiquaires imprégnées d'insecticide (ITN). Et d'après le dernier rapport de l'Organisation mondiale de la santé (OMS), l'utilisation de ces ITN a même permis de baisser de 24% le nombre de décès liés au paludisme entre 2005 et 2015. Depuis, les taux d’infection au paludisme et de décès dans le monde sont restés pratiquement les mêmes. Et le Niger n'échappe malheureusement pas à cette triste réalité. Mais comme dirait l'autre, plus le combat est dur, plus la victoire est belle !