Les Anophèles prolifèrent dans les eaux stagnantes
Les Anophèles prolifèrent dans les eaux stagnantes

Le Burkina Faso veut sauver ses enfants touchés par le paludisme

Alors que les enfants de moins de cinq ans sont particulièrement vulnérables au paludisme, le Burkina Faso intensifie sa lutte contre cette maladie endémique.

AlloDocteurs Africa
Rédigé le , mis à jour le

La situation est alarmante. Au Burkina Faso, les jeunes enfants représentent trois quarts des décès causés par le paludisme.  Causée par des parasites transmis par les piqûres de moustique du genre Anophele, le paludisme peut tuer des enfants en moins de 24 heures. Dans un pays où plus d’un demi-million de personnes n'ont plus accès aux soins de santé à cause des nombreuses attaques de groupes armés depuis le début de l'année, la lutte contre le paludisme (qu'on appelle aussi malaria) est compliquée.  

"On souffrait beaucoup avec la prise en charge des enfants malades du paludisme, mais depuis le début de la CPS, le nombre de cas a considérablement diminué", déclare Tasséré Zongo, leader religieux à Soa, un village du centre du Burkina Faso. Le programme de chimio-prévention du paludisme saisonnier (CPS), qui consiste à administrer des médicaments antipaludéens (qui préviennent le paludisme) aux jeunes enfants, est l'élément-clé de la stratégie lancée depuis cinq ans par les autorités sanitaires burkinabè pour tenter de faire chuter la mortalité des enfants de moins de cinq ans. 

Sauver jusqu'à 80% des vies

Associée à la distribution aux familles des moustiquaires imprégnées d'insecticides ainsi que des médicaments préventifs pour les jeunes enfants, la CPS a permis - entre 2014 et 2018 - de diminuer le cas de "palu" chez les enfants burkinabé (de 300.000 à 215.000). Mais la lutte est encore longue.

Si aujourd'hui, 80% des familles burkinabè disposent de moustiquaires, à peine la moitié d'entre elles les utilisent. Quant à la CPS qui a été recommandée en 2012 par l'Organisation mondiale de la Santé (OMS), les enfants ne la prennent pas correctement. Les agents de santé leur font bien prendre la première dose, mais ce sont les parents qui doivent administrer les deux suivantes, et c'est là que le bât blesse, explique le Dr Yacouba Savadogo, coordonateur du Programme national de lutte contre le paludisme (PNLP).

Alors que l'Etat burkinabè a instauré en 2016 la gratuité des médicaments pour les enfants, ce qui a beaucoup amélioré l'accès aux soins, notamment dans les campagnes, selon le Dr Savadogo."Il faudrait que les trois doses soient prises sous la surveillance des agents de santé. Si le traitement est bien suivi, on pourrait sauver jusqu'à 80% des vies", espère-t-il. Et c'est tout le mal que l'on souhaite aux enfants burkinabés.