En RD Congo, la rougeole tue et gagne à nouveau du terrain

Fréquemment touchée par des flambées de rougeole, la République démocratique du Congo (RDC) fait face au retour en force de cette maladie.

Arnaud Ntchapda
Rédigé le
Un infirmier s'occupe d'un jeune patient malade de la rougeole, hôpital général de Bosobolo, en RDC, février 2021
Un infirmier s'occupe d'un jeune patient malade de la rougeole, hôpital général de Bosobolo, en RDC, février 2021  —  Franck Ngonga/MSF

La course contre la montre a commencé. Depuis quelques mois, la RD Congo connaît une nouvelle flambée épidémique de rougeole, avec plus de 1.700 cas enregistrés depuis le début de l'année dans la province du Kasaï-Oriental. A ce stade, ce mal a déjà fauché la vie de 8 personnes. 

Pour éviter que cette maladie très contagieuse gagne à nouveau du terrain, les autorités organisent des campagnes de vaccination dans la province du Maniema, au Sud-Kivu et au Kwilu. Des dizaines de milliers d'enfants doivent être vaccinés dans les prochains jours. 

Le nombre des cas de rougeole explose en Afrique

La rougeole est une maladie virale propagée par la toux, les éternuements ou par le contact direct avec des sécrétions nasales ou laryngées. Les enfants qui contractent la maladie peuvent faire face à de graves complications, du fait notamment que la rougeole "efface" leur mémoire immunitaire, mettant leur santé et leur vie à risque pour des années. Un vaccin peu coûteux et efficace à 85% existe depuis des années, offrant une protection de plusieurs dizaines d’années aux enfants vaccinés. 

Lire aussi : Rougeole, le retour d'une grande tueuse

Il n’y a pas qu’en RDC que la rougeole fait des ravages ou inquiète. Toute l'Afrique est confrontée à une augmentation inquiétante des cas. Selon l'Organisation mondiale de la santé (OMS), au moins vingt pays du continent ont signalé des flambées de rougeole au premier trimestre de l'année en cours, soit huit de plus que lors de la même période en 2021. "Près de 17.500 cas de rougeole ont été rapportés dans la Région africaine entre janvier et mars 2022, soit une augmentation de 400 % par rapport à la même période de 2021", alertait l'agence onusienne, en avril dernier.