Diabète, Hypertension artérielle... En Algérie, des cliniques mobiles pour faciliter les dépistages

Face à l'explosion du nombre de diabétiques en Algérie, les autorités multiplient leurs efforts pour mieux dépister cette maladie chronique.

Badr Kidiss
Rédigé le
De nouvelles cliniques mobiles s'apprêtent à sillonner l'Algérie
De nouvelles cliniques mobiles s'apprêtent à sillonner l'Algérie  —  APS

Mieux vaut prévenir que guérir ! Alors qu'on estime que la moitié des malades algériens ne savent pas qu'ils sont diabétiques, le ministère de la Santé a annoncé "l'acquisition de trois cliniques mobiles équipées pour le dépistage et le diagnostic de plusieurs maladies". Une belle initiative qui permettra d'offrir des services de soins de santé gratuits dans tout le pays pour lutter contre différentes pathologies telles que le diabète, l'hypertension artérielle et les complications qui leur sont associées. 

Aujourd'hui, les patients pourront recevoir une analyse médicale dans les dix minutes et, en moins de deux heures, consulter un médecin généraliste ou un spécialiste. Après leur visite à la clinique mobile, les patients seront dirigés vers les centres de santé les plus proches pour la suite des soins médicaux.  Une bonne nouvelle, au vu de l'absence de spécialistes dans de nombreuses régions du pays. 

Vers une collaboration avec le Mali et le Niger ?

Ces nouvelles unités mobiles viennent appuyer les deux cliniques acquises en 2015 dans le cadre d'un partenariat avec Sanofi en Algérie. Selon les chiffres officiels, près de 20.000 patients ont bénéficié à ce jour de différentes campagnes de dépistage organisées à travers les deux premières cliniques mobiles. "Le déploiement de cliniques mobiles permet aux patients vivant dans des zones isolées sans spécialistes d’accéder à un dépistage, des consultations spécialisées et de s'intégrer dans un système de soins", explique Yasmine Bouasria, responsable de la solution de soins intégrés de Sanofi en Algérie. 

A l'occasion de la présentation de ce nouveau projet de cliniques futuristes, le ministre de la Santé, Abderrahmane Benbouzid, a proposé au Dr Nguessan Bla Françoisle représentant de l'OMS en Algérie, une collaboration et une coordination pour soutenir ces trois cliniques en leur permettant d'offrir des services médicaux aux populations des pays voisins au sud du Sahara dont le Mali et le Niger.