Voilà comment le Maroc veut mieux soigner les cas urgents (Illustration)
Voilà comment le Maroc veut mieux soigner les cas urgents (Illustration)

Des Marocains vendraient leurs reins en Turquie de manière illégale

Des réseaux criminels turcs de trafic d’organes humains auraient réussi à convaincre des Marocains à vendre leurs reins moyennant 50.000 dirhams l’unité.

Sabrina El Faïz
Rédigé le , mis à jour le

C'est une histoire sordide. Des réseaux criminels turcs de trafic d’organes humains auraient réussi à convaincre des Marocains de vendre leur rein contre la somme de 50.000 dirhams. C'est que rapporte le quotidien arabophone, Assabah, qui est réputé pour son sérieux.

Dans son édition du 25 novembre, le quotidien précise que ces réseaux parviennent à attirer des Marocains sur leur territoire, sans attirer l'attention des services de renseignement marocains ou turcs. Car ces personnes arrivent sur le sol turc en tant que touristes.  

Un réseau bien ficelé

Pour détourner l'attention des autorités, ces réseaux n'hésiteraient pas, toujours selon Assabah, d'héberger les Marocains dans de beaux hôtels. Et vu que la législation turque punit sévèrement le don d'organes (crime passible de 15 ans de prison), ces réseaux fabriqueraient de faux papiers aux futurs donneurs. La même source précise que ces Marocains séjourne pendant plusieurs semaines en Turquie avant de subir leur opération. 

Une fois que le rein a été prélevé, le donneur est relogé dans un nouvel hôtel, en attendant une seconde opération de chirurgie esthétique. Selon le quotidien arabophone, ce n'est qu'à son retour au Maroc que le donneur perçoit la somme de 50.000 dirhams.