De plus en plus de Sénégalais meurent d'un cancer

On meurt de plus en plus et très tôt du cancer au Sénégal...

Barou Dembélé
Rédigé le , mis à jour le
Le Sénégal a augmenté ses capacités de diagnostic précoce du cancer de l'enfant
Le Sénégal a augmenté ses capacités de diagnostic précoce du cancer de l'enfant  —  OMS

Mauvaise nouvelle sur le front du cancer. D'après les chiffres du Centre international de recherche sur le cancer (CIRC), la mortalité par cancer augmente au Sénégal. En 10 ans, elle a même doublé. Si au début des années 2010, le cancer fauchait la vie d'au moins 4.000 Sénégalais, cette maladie a tué près de 8.000 personnes en 2020. Et on estime qu'au moins 11.000 nouveaux cas sont détectés chaque année. 

Des prévisions qui donnent le tournis, et des raisons d'espérer

Les prévisions à moyen terme donnent aussi le tournis. Selon le CIRC, le Sénégal pourrait recenser 16.000 nouveaux cas et plus de 11.000 morts en 2030. Même les cancers de l'enfant gagnent du terrain.  800 à 1200 enfants et adolescents sont atteints de cette maladie chaque année, d'après les derniers chiffres de l'Organisation mondiale de la santé (OMS). 

Pour inverser la tendance et sauver plus de vies, les autorités multiplient leurs efforts. Le dernier en date ? Le lancement du plan national contre le cancer pour la période 2022-2026 qui inclut enfin l'oncologie pédiatrique (les cancers de l'enfant). Fin 2021, le président Macky Sall avait aussi posé la première pierre du Centre national d'oncologie qui sera capable de prendre en charge tous les types de cancer. En parallèle, les capacités de diagnostic précoce ont été augmentés, et le gouvernement l'encourage à travers différentes campagnes. Maintenant que les jalons sont posés, reste à changer nos habitudes.