Le Togo veut améliorer la santé de la femme et de l'enfant

Malgré de nombreux progrès, une femme enceinte ou un nouveau-né meurt toutes les 11 secondes dans le monde. Au Togo, là où la mortalité maternelle est particulièrement élevée, le gouvernement a lancé un nouveau programme d'accompagnement de la femme enceinte et du nouveau-né.

Badr Kidiss
Rédigé le , mis à jour le
Le Togo veut améliorer la santé de la femme et de l'enfant

On l'espérait, il l'a fait ! Face aux taux élevés de mortalité infantile et maternelle, le gouvernement togolais a lancé un programme d'accompagnement de la femme enceinte et du nouveau-né. Baptisé Wezou, ce programme permettra de prendre en charge de façon progressive, l’ensemble des prestations médicales liées à la femme enceinte depuis la confirmation de la grossesse jusqu’au 42ème jour après l’accouchement : consultations prénatales, analyses et prescriptions de médicaments. 

Alors que de nombreuses Togolaises meurent chaque jour en couche ou des suites de complications liées à la grossesse, Wezou ("souffle" en langue nationale) veut assurer un bon suivi régulier des futures mamans, mais aussi augmenter le nombre d'accouchements sécurisés dans les formations sanitaires, tout en réduisant toutes les complications liées à la grossesse. Grâce à ce programme, les autorités vont pouvoir prendre en charge une partie des frais des soins de toutes les femmes enceintes sans exception. Basée sur un sytème de panier à soins qui va de la consultation prénatale (CPN), à l’accouchement simple et à l’accouchement avec césarienne, cette prise en charge commence dans les centres de santé publics et accrédités de premier niveau (unités de soins périphériques (USP) et hôpitaux de préfectures (CHP)). 

Une prise en charge pour toutes les femmes enceintes

Pour assurer la prise en charge de toutes les femmes enceintes, un dispositif digital sera mis en place et décliné en différentes étapes :
- L’enrôlement de la femme enceinte à partir d’un document d’identité et d’un numéro de téléphone dès la confirmation de sa grossesse. 
- L’attribution d’un numéro matricule à partir d’une plateforme accessible par téléphonie mobile au niveau des maternités.

C’est un programme qui vient d’abord consolider l’existant et l’étendre”, précise le porte-parole du Gouvernement, Akodah Ayewouadan, en référence aux initiatives déjà mises en place par l’exécutif. Conformément à des engagements du chef de l'Etat en 2020, des dispositions ont été prises pour expérimenter la prise en charge gratuite des femmes enceintes, et rendre la césarienne totalement gratuite.