Au Sénégal, une campagne d’aspersion intra-domiciliaire pour lutter contre le paludisme

Afin d'accélérer la lutte contre le paludisme, les autorités sénégalaises viennent de lancer une vaste campagne d'aspersion intra-domiciliaire (AID).

Barou Dembélé
Rédigé le , mis à jour le
Une opération d'aspersion intra-domiciliaire à Kompenthoume, en juin 2021
Une opération d'aspersion intra-domiciliaire à Kompenthoume, en juin 2021  —  Joyce Kim, USAID

Mieux vaut prévenir que guérir ! L’adage a tout son sens s’agissant du paludisme. Alors que cette maladie, qu'on appelle aussi malaria, reste un problème de santé publique au Sénégal, les autorités viennent d'adopter une nouvelle stratégie qui a fait ses preuves : l'aspersion intra-domiciliaire (AID). Cette opération consiste à pulvériser un insecticide sur les murs des domiciles. A ce jour, 85% des bâtiments dans les districts sanitaires de Koumpentoum et de Maka Colibantang, dans la région de Tambacounda.

Lire aussi : Sénégal : "Il nous reste 10 ans pour éliminer le paludisme"

"L’aspersion intra domiciliaire consiste à pulvériser l’intérieur des pièces servant d’habitation avec un insecticide efficace et durable pour lutter contre l’anophèle femelle qui transmet le paludisme’’, détaille le coordonnateur du Programme national de lutte contre le paludisme (PNLP), Dr Doudou Sène, soulignant que les régions de Kédougou (est) et Kaffrine (centre) sont aussi concernées par cette campagne qui permettra de protéger les habitants pendant 4 à 6 mois.

Trois régions ciblées

Au Sénégal, le paludisme touche essentiellement les populations de Kédougou, Kolda et Tambacounda. Ces trois régions recensaient "78,5% des cas de paludisme en 2021", précise Dr Sène. 

Mais pour lutter contre la forte persistance du paludisme dans les trois régions citées, de nombreux scientifiques multiplient les interventions médicamenteuses qui visent à détruire le parasite responsable de la maladie. Deux stratégies sont envisagées pour les prochains mois, soit dépister en masse la population avec des tests suffisamment sensibles pour détecter les porteurs asymptomatiques et les traiter spécifiquement, soit traiter en masse toute la population exposée.