Faute de prévention, les cancers continuent à coûter de nombreuses vies au Cameroun

Le cancer touche et coûte la vie à des milliers de Camerounais chaque année. Mais on peut prévenir les cancers grâce aux dépistages précoces et, pour certains, grâce à la vaccination.

La rédaction d'Allo Docteurs Africa
Rédigé le , mis à jour le
Des enfants attendent d'être vaccinés contre le papillomavirus
Des enfants attendent d'être vaccinés contre le papillomavirus  —  PEV Cameroun

Au moins 39.000 Camerounais vivent actuellement avec le cancer. Les adultes sont les plus touchés, avec 15.262 nouveaux cas chez les plus de 15 ans. "Le cancer du sein est le premier type de cancer au Cameroun. Si toutes les femmes pratiquaient l’examen des seins, on pourrait au moins détecter ce cancer à un stade précoce", affirme la Dre Esther Dina Belle, oncologue. 

Lire aussi : Au Cameroun, près 1000 enfants de moins de 15 ans touchés par le cancer chaque année

Les oncologues camerounais estiment que le cancer constitue toujours un problème de santé publique dans le pays. Cette maladie, disent-ils, évolue différemment, en termes d'épidémiologie, de diagnostic, de thérapie mais aussi, en réponse aux différents traitements.

Faible adhésion aux vaccins

Bien qu'il soit évitable, le cancer du col de l'utérus est encore très répandu au Cameroun. "Si la prévalence du cancer du col de l'utérus est en augmentation, cela signifie simplement que les femmes ne font pas leur dépistage de routine", selon le Dr Simon Manga, directeur adjoint des services cliniques aux Cameroon Baptist Convention Health Services (CBCHS).

Le cancer du col de l'utérus commence comme une lésion précancéreuse, qui prend en moyenne 10 ans pour devenir un cancer à part entière. "Les lésions précancéreuses ne peuvent être identifiées que lors du dépistage", explique le Dr Manga. Avant d'ajouter que "si elles sont identifiées, elles peuvent être traitées ou détruites. Ce qui les empêche de progresser vers un cancer à part entière". 

Lire aussi : La campagne de vaccination contre le HPV inquiète... à tort

Le spécialiste note toutefois qu'il existe un vaccin efficace contre le virus du papillome humain, qui cause le cancer du col de l'utérus. "Le vaccin est disponible gratuitement pour les jeunes filles, par l'intermédiaire du ministère de la Santé publique", a-t-il ajouté. 

Des traitement coûteux pour les Camerounais

Bien que le gouvernement camerounais subventionne la prise en charge du cancer, les coûts élevés demeurent une barrière majeure à l'accès aux traitements pour une majorité de Camerounais

"Le traitement du cancer, en dehors des moyens humains que cela nécessite, demande de nombreux équipements et de médicaments très spécifiques. Ce n’est pas à la portée de tout le monde", précise Dr Shalom. "D'où l’importance de le prévenir".

Source : Gavi