Cinq règles d'or pour prendre soin de son coeur (photo d'illustration)
Cinq règles d'or pour prendre soin de son coeur (photo d'illustration)

Ces "nouvelles" maladies qui font un ravage au Cameroun

Si le sida, le paludisme et la tuberculose font encore des ravages, le Cameroun est confronté à l'explosion des maladies cardiovasculaires. Une situation inquiétante à l'ère du Covid-19.

Arnaud Ntchapda
Rédigé le , mis à jour le

Au Cameroun, les maladies du XXIsont déjà là. Les maladies chroniques invalidantes telles que les cancers, les maladies du système nerveux, les maladies rhumatismales, ou les maladies cardiovasculaires ne cessent de gagner du terrain, au grand dam des autorités sanitaires.

Dans un pays qui compte seulement 100 cardiologues, on estime que 17.000 personnes perdent la vie chaque année des suites d'une maladie cardiovasculaire. Et à l'heure où le pays vit toujours à l'heure du coronavirus (Covid-19), le risque de décès lié aux maladies cardiovasculaires a considérablement doublé, favorisé par des comorbidités comme l’hypertension, le diabète et l’obésité. C'est ce qui ressort du 12 Congrès scientifique de la Société camerounaise de cardiologie (SCC) organisé en partenariat l’association des sociétés de cardiologie d’Afrique de l’Ouest et du Centre du 10 au 12 mars dernier, à Douala.

De grandes tueuses

Pour réduire les décès, les participants au Congrès misent sur la prévention des pathologies cardiaques. “C’est la raison pour laquelle nous avons discuté des traitements, des nouveautés scientifiques pour la prise en charge pour ces situations particulières“, explique le cardiologue Samuel Kingue. Et la majorité des experts présents au Congrès espèrent que les centres de santé seront rapidement équipés avec le matériel nécessaire pour la prise en charge des maladies cardiovasculaires. Car pour le moment, “la plupart de nos hôpitaux en Afrique ne sont pas suffisamment outillés et manquent du personnel qualifié pour gérer ces pathologies“, regrette un expert.  

Responsables d'environ 18 millions de décès chaque année dans le monde, les maladies cardiovasculaires sont la première cause de mortalité dans le monde. Selon les statistiques de l'Organisation mondiale de la Santé (OMS) qui datent de 2015, 7,4 millions de décès sont dus à une cardiopathie coronarienne et 6,7 millions à un Accident vasculaire cérébral (AVC). Les principaux facteurs qui favorisent les maladies cardiovasculaires sont le tabagisme, la mauvaise alimentation,  l’obésité, la sédentarité et utilisation nocive de l’alcool. Ils peuvent notamment provoquer une hypertension, une hyperglycémie, le surpoids et l’obésité, tout comme ils peuvent augmenter le risque d'infarctus, d’accident vasculaire cérébral (AVC), de défaillance cardiaque et d’autres complications.