Au Cameroun, les séropositifs sont inquiets
Au Cameroun, les séropositifs sont inquiets

Cameroun : séropositifs et tuberculeux privés de traitement ?

La santé camerounaise est dans l'incertitude. Des centaines de milliers de séropositifs et de tuberculeux risquent de ne plus avoir accès à leurs traitements.

Badr Kidiss
Rédigé le , mis à jour le

C'est une inquiétude que ne devrait pas avoir à subir des malades ! Au Cameroun, des centaines de milliers de séropositifs et de tuberculeux redoutent le pire : leurs traitements risquent de devenir payants dès janvier 2020. C'est en tout cas ce qu'on peut conclure suite aux menaces de sanction du Fonds mondial de lutte contre le Sida, la tuberculose et le paludisme. 

D'après France 24, le Fonds mondial reproche au pays de ne pas avoir payé sa quote-part qui s'élève à 43 millions d'euros. Par conséquent, cette organisation pourrait diminuer les ressources destinées au Cameroun. Et les conséquences sanitaires pourraient être très graves.

Des malades dos au mur

Sans la subvention de l'Etat, beaucoup de malades ne pourront plus se permettre un suivi médical. Ils n'auront pas, non plus, les moyens de payer leurs médicaments. Plusieurs services de prévention ou de soins, développés grâce à l'aide du Fonds mondial, devraient aussi s'arrêter.

Pis, la baisse voire la suppression des financements internationaux peut même se solder par un retour en force de la tuberculose et du VIH/Sida dans ce pays où le circuit illicite représente plus de 25% du marché du médicament. Heureusement, ce scénario catastrophe peut encore être évité : il suffit que le Fonds mondial et le Cameroun trouvent un terrain d'entente. Il ne reste plus qu'à croiser les doigts ! Et que le droit des malades prime avant tout.